Coûteuses stratégies individuelles

coûteuses stratégiesPour palier certains manques ou difficultés, nous adoptons tous plus ou moins des stratégies.

Elles ont pour but de dissimuler la faiblesse, ou d’avancer en dépit de celle-ci.

Si la stratégie développée est une aide au début, elle devient très vite invalidante et sclérosante.

Elle enferme celui, celle, qui pensait avoir trouvé une bonne technique, dans un piège dont il est difficile de sortir.

Ces stratégies que l’on croit d’abord être en or, se révèlent vite en toc !

Prenons différents exemples pour illustrer :

1ère : Qui n’a pas connu un collègue qui critiquait tous les autres ?

2ème : Ou un, une qui se plaint souvent et de tout, attire et reçoit toute la pitié du monde ?

3ème : Ou encore celui qui pose toujours des questions plutôt que de réfléchir et trouver seul(e) la réponse ou la solution ?

Ces stratégies ont toute la même justification au départ : la croyance naïve qu’elles sont utiles, gagnantes et bénéfiques.

Celui, ou celle qui les mobilise les emploie à dessein, pensant y trouver un réel avantage et bénéfice.

La 1ère par exemple, laisse croire qu’en enterrant certains collègues, je gagne en prestige aux yeux d’autres. La critique signifie « regardez comme ils font mal et au contraire comme je fais bien ! ». Mais il ne s’agit que d’un leurre, car très vite l’entourage se lasse de ce comportement, n’y prête plus attention et décrédibilise au contraire celui, celle qui en joue. Plutôt que de gagner l’estime des collègues, il, elle reçoit leur mépris ou leur moquerie en retour. Le manque de confiance du départ s’est transformé en mésestime.

La 2nde stratégie, elle, assure à la personne qui l’utilise une compassion, voire une protection de l’entourage. Toutefois, elle devient vite une prison également car peu à peu, elle est jugée incapable de faire face, incompétente, et perd en autonomie, les autres ayant pris l’habitude de décider  à sa place. À trop vouloir attirer l’attention sur soi, on finit par être étouffé, écrasé par ce trop plein d’attention.

Enfin,  la 3ème a sans doute permis au départ à la personne concernée de s’économiser. En effet quoi de plus confortable que de poser les questions pour avoir des réponses immédiates, rapides et sans effort ? Mais là aussi, le piège se referme vite. Celui ou celle qui croyait s’économiser perd en crédibilité, et surtout en capacité ! Car le cerveau est comme un muscle, qui a besoin de travailler, d’être entrainé pour maintenir sa performance.

En résumé, toutes les stratégies sont en réalité des pièges qui se referment à terme sur celui qui les utilise. Satisfaisantes au départ, elles deviennent sur le long terme davantage un handicap, empêchant l’individu de développer tout son potentiel.

 

Les conseils inutiles

Les conseils inutilesNous avons tous souffert de conseils inutiles.

Ils partent tous d’une bonne intention, nous aider, mais souvent ils sont pires que le mal.

Pourquoi ?

Parce qu’en plus de ne pas nous aider, ils nous culpabilisent !

« Déstresse », « ne t’angoisse pas », « arrête de t’énerver », « tu devrais lâcher prise », « il faut te calmer », etc… La liste est longue de toutes ces petites phrases gratuites (heureusement !) mais totalement inutiles (dommage !).

Inutiles, car il manque la méthode pour y parvenir ! Vous avez sans doute, comme moi remarqué, que toutes les personnes prodiguant ce type de conseils s’arrêtent sur le chemin de l’aide. Elles vous disent ce que vous devez faire, mais jamais COMMENT le faire !

Arrêter de m’angoisser, moi, je veux bien, mais je fais comment ?

En coaching et en PNL nous considérons à juste titre ces conseils contre-productifs.

Loin d’aider l’autre, ils lui montrent au contraire à quel point il n’est pas à la hauteur de la situation.

Alors, si vous vous reconnaissez dans le portrait de celui qui prodigue des conseils, ou de celui qui les reçoit, (et donc, les subit), respectez ces quelques recommandations :

Si vous êtes le donneur de conseils :

  • Premièrement, demandez à votre interlocuteur son accord avant de lui prodiguer votre savoir.
  • Deuxièmement, accompagnez votre discours d’une méthode, d’un exemple et surtout d’une solution ! Par exemple, si vous ressentez votre interlocuteur stressé, proposez lui une façon de s’en libérer, soit en lui posant des questions utiles (pour quelles raisons est-il dans cet état ?), ou donnez-lui une façon de s’en sortir (respirer, relativiser, se reposer, se distraire…)

Si vous êtes celui qui subit le conseil :

  • Posez-vous uniquement la question de la légitimité de votre interlocuteur à le prodiguer ! Est-il un modèle du genre ?
  • Si la réponse est non, vous vous sentirez déjà moins incapable, et remettez-le gentiment à sa place.
  • À l’inverse, si c’est oui, tant mieux, modélisez ! Observez ce qu’il fait de différent pour ne pas se trouver dans la même situation, le même état que vous, et faites la même chose.

Il n’y a qu’à l’école que ce n’est pas beau de copier ;- ) En PNL, nous croyons au contraire aux vertus de l’imitation, à condition de choisir le bon modèle !

Mots menacés : vigilance !

Le pouvoir des mots en PNLDans le langage courant actuel, certains mots ont mauvaise presse, sont mal « vus », bannis sous peine de représailles !

Or, le souci lorsqu’un mot s’efface ou disparait, est que la réalité qui lui est associée disparait avec. En tant que PNListe, je suis inquiète de cette situation qui représente une menace pour la pensée, les choix, voire l’intégrité des personnes. Certains mots sont en danger, et comme ce panda, en voie de disparition !

Il n’est pas question ici de faire l’inventaire de tous les mots tombés en désuétude, les linguistes s’en chargent très bien.

Mais plutôt de faire le lien entre langage, pensée et réalité.

Prenons trois exemples pour mieux comprendre.

  1. Le mot « critique » : il sonne régulièrement comme un reproche. C’est oublier que la critique peut être positive, mais également salvatrice. Avoir un esprit critique, permet de garantir une certaine lucidité.

Avec sa diminution, voire sa disparition, nous assistons à une véritable explosion des arnaques et escroquerie en tout genre, notamment sur internet.

Mais pas uniquement ! Combien de gourous et de charlatans, profitent du manque de lucidité de leurs victimes ? Non seulement ils profitent de cette lacune, mais ils surfent également sur la vague de mots à l’inverse très en vogue : « sérieux », « spécialiste », « expert. »

Ils en adoptent l’allure, la morgue nécessaire et le tour est joué !

2. Autre exemple, le mot « lâcher », comme « lâcher prise. »

Certaines résistances au lâcher prise s’expliquent par ce mot connoté péjorativement. Lâche, lâcheur, sont synonyme d’abandon et de trahison. Aussi, entre mon envie de lâcher prise, c’est à dire gagner en légèreté, et ma culpabilité d’abandon, il arrive souvent que ce soit la seconde qui remporte la partie.

3. Enfin, étudions le mot opportunité : il désigne au départ la faculté à saisir les occasions qui se présentent. Ce qui diffère de les provoquer par calcul. On parle alors d’opportunisme. La proximité phonique, et malheureuse, de ces cousins à desservi l’opportunité. Elle est considérée à tort comme une déviance, et donc souvent négligée. Or, négliger les opportunités, c’est se mettre à l’abri de la chance et donc de réussite !

En résumé :

  • On évite de critiquer et donc d’avoir l’esprit critique, ce qui conduit parfois à se faire « plumer »,
  • On hésite à lâcher prise de peur d’être accusé d’être un lâcheur,
  • Et on méprise les opportunités, de crainte d’être perçu comme un opportuniste.

Ils sont nombreux les mots vidés de leur sens, et qui ont donc peu à peu disparu de nos expériences, n’hésitez pas à compléter.

Et surtout avant de « bannir » un mot, et donc de le chasser de votre pensée, posez-vous simplement  la question suivante : « de quelle expérience vais-je me priver ? »

Victoire, victoire !

Victoire réelle ou rêvée ?

Victoire réelle ou rêvée ?

En ce lendemain de liesse et de victoire pour les amateurs de foot, j’ai eu envie d’écrire sur ce sujet.

La définition de la victoire est le fait de « gagner une bataille réelle ou symbolique contre l’adversité. ».

La question qui se pose est : « Ai-je réellement un adversaire ou l’ai-je inventé ? »

Naturellement, je mets le sport à part, puisque nous savons qu’il s’agit ici de bataille symbolique contre un adversaire « temporaire » ! Cet article n’a pas pour but de minimiser notre victoire d’hier !

Mais au travail, en famille, combien d’adversaires ? Combien d’ennemis réels ou imaginaires ?

Je pense que nous nous inventons plus souvent des adversaires que nous n’en possédons réellement.

Il suffit parfois d’un détail, et l’ami d’hier devient l’ennemi de demain : je grossis les choses, fais une montagne d’un rien, réécris l’histoire, « me monte le bourrichon », déforme tous les évènements afin de les rendre compatibles avec mon schéma de pensées. Combien de tentatives de réconciliation avortée par un protagoniste qui n’entend plus, n’écoute plus l’autre dans ce qu’il dit, mais plutôt dans ce que lui même interprète ?

S’engage alors parfois un combat, une bataille bruyante ou silencieuse.

Sitôt que l’un a le sentiment d’avoir gagné la partie, « on ne s’adressait plus la parole avec mon collègue, mais je suis bien content, on l’a changé de service ! », « ma femme m’a trompé, mais je me suis battu et elle a quitté la maison sans rien », il pense aussitôt être sorti victorieux de la bataille.

Mais victorieux de quoi ? De ne pas avoir réussi à s’entendre avec son collègue ? De ne pas avoir réussi à garder celle qu’il aime ?

Il me semble au contraire qu’il s’agit là de victoire au goût amer, surtout si je n’ai rien appris de la situation. Car si je n’ai rien appris, il y a de grande chance que cela se reproduise avec un autre collègue, une nouvelle épouse.

Gagner ne signifie pas toujours obtenir gain de cause.

Je peux gagner en sagesse, en expériences, en intelligence, toutes ces choses intangibles, moins tangibles qu’un bureau ou une maison ! Mais bien plus importantes…

Je vous souhaite de vraies victoires, de vraies réussites : comment les reconnaitre ?

Ce sont celles que nous menons contre nous même, plutôt que contre l’autre !

Incompatibilité relationnelle et végétale

incompatibilitéL’incompatibilité se trouve partout, au bureau comme au potager.

Nous sommes tous amenés à fréquenter des personnes avec lesquelles le courant ne passe pas. On ne choisit pas sa famille, pas davantage que ses collègues et ses voisins. D’où le risque de « subir » des personnes avec lesquelles nous avons peu, voire pas, d’affinités.

Souvent, nous souffrons de cette situation : nous nous remettons en question, culpabilisons, faisons des efforts coûteux en énergie, parfois en vain.

Alors qu’il existe un moyen très simple de ne plus en souffrir : l’accepter.

L’accepter en se reconnectant au bon sens et à notre côté  » animal  » ou plutôt  » végétal  » !

Tout jardinier qui se respecte sait que certaines plantes font mauvais ménage entre elles et tient compte de cette incompatibilité.

Par exemple l’ail et les asperges, la laitue et le persil, les pommes de terre et  les concombres ne peuvent pas se sentir !

Si des plantes se marient bien entre elles, et qu’à l’inverse d’autres se nuisent, pourquoi en serait-il autrement pour nous ? Notre volonté d’être justement différents, au-dessus des autres règnes (animal et végétal) est très louable, et indispensable à notre équilibre.

En revanche, peut-être est-il dommageable de nier nos similitudes avec ces mêmes règnes ?

Faire des efforts, essayer de trouver chez l’Autre ce qui pourrait me le rendre sympathique, c’est parfait.

Mais si je ne trouve absolument rien, si je souffre à son contact, peut-être est-il bon d’en prendre acte ? Et de l’accepter plutôt que de m’entêter à entretenir un lien nuisible ?

En se disant par exemple,  « je suis plutôt ail et elle asperge, ce qui nous rend incompatibles ! ». Cela ne retire rien aux qualités respectives de l’un et de l’autre, simplement ils ne sont pas faits pour être à proximité.

Bien sûr, il est parfois difficile d’appliquer cette règle de bon sens : en famille ou au travail, les pressions s’exercent pour que cela fonctionne entre tous.

Dans ce cas, il suffit de renoncer à l’entente parfaite et cordiale, sans rancœur ni aigreur. Simplement faire le constat que la relation n’est pas satisfaisante.

Le renoncement, à l’inverse de l’effort, est souvent la porte d’entrée vers une bonne surprise.

Si nous conduisions tous comme de bons jardiniers pour nous-mêmes, et si les managers en faisaient autant en pratiquant la cooptation plutôt que le recrutement traditionnel, notre vie serait sans doute plus harmonieuse !

À vos jardins respectifs…

Réflexe versus réflexion

réflexe versus réflexionLe réflexe primera toujours sur la réflexion.

Car, et bien que le cerveau soit un outil formidable, il possèdent une faille : une seule pensée à la fois !!!!

Impossible pour nous d’avoir simultanément plusieurs idées ou pensées. Cela se joue à quelques micro secondes mais ce sera toujours une pensée, et puis une autre, et encore une autre. Lorsque nous avons le temps, nous les observons, les comparons et enfin en retenons une, celle du choix. Jusque-là, tout va bien !

Cela se complique en revanche si nous manquons de temps, si nous devons répondre ou réagir immédiatement et dans l’urgence.

Par exemple, je suis sollicité(e) pour faire quelque chose que je n’ai pas du tout envie de faire : par exemple, la bonne copine qui nous demande « tu peux me garder mes gosses ce soir ? ») et je ne sais pas dire non.

Dans ce cas, la seule pensée qui va venir est celle de mon habitude, celle que je maitrise le mieux, celle des réflexes et non de la réflexion, et je vais donc dire OUI ! En le regrettant quasiment aussitôt, car j’avais bien envie de me détendre aussi…

Cette réponse est donc associée à un comportement que je souhaite modifier, mais dans ce cas, il est trop tard ! J’ai laissé passer l’occasion de modifier ma réponse et mon comportement car j’étais en mode réflexe, inconscient.

Alors, comment faire pour y parvenir ?

En adoptant les techniques des pilotes d’avion !

Les pilotes n’attendent pas d’être dans la situation difficile pour réagir. Ils répètent, répètent, répètent, encore et toujours des procédures pour avoir le bon geste, le bon réflexe au moment venu.

Dans la mesure où nous avons une seconde pour prendre la bonne ou la mauvaise décision, il est urgent d’apprendre par cœur la bonne réponse !

Or, la seule bonne réponse à une situation est celle qui fonctionne et qui nous rend heureux !

Autrement dit, en pratiquant la logo synthèse, et en me répétant « je sais dire non ». Ainsi, lorsque la copine me demandera à nouveau si je peux garder ses enfants, je pourrai lui répondre gentiment « non, pas ce soir, désolé(e) »…

L’éducation, un handicap en communication ?

l'éducation : un handicap en communicationLa trop bonne éducation est comparable à une entrave, elle nous empêche parfois, souvent, de nous exprimer comme il serait souhaitable.

Que ce soit en formation ou en coaching, je fais le même constat.

Les personnes bien éduquées ont des difficultés à s’opposer, à dire non, à se défendre.

Elles sont obéissantes, voire soumises, car on leur a enseigné le respect des aînés.

On leur a appris à dire oui plutôt que non, et bonjour, et merci, toujours.

Ce modèle fonctionne extrêmement bien lorsque les personnes bien éduquées restent entre elles, là où les codes sont partagés. Et cet article n’a pas vocation à le remettre en cause, loin s’en faut !! Quel bonheur de vivre dans un monde où chacun s’adresse poliment et avec bienveillance à l’autre !

Toutefois, force est de constater qu’aujourd’hui, au quotidien, y compris en entreprise, il devient trop souvent, et malheureusement, inadapté. Il est toujours bon d’essayer une fois, deux fois d’inviter notre interlocuteur à adopter les nuances et cette politesse qui permet aux individus d’échanger en toute sérénité.

Mais lorsqu’il refuse ce type de communication, il est vital de savoir en changer rapidement, au risque d’avoir le sentiment de parler une langue étrangère !

Or, si je veux me faire comprendre de l’autre, mon devoir consiste à adopter son langage, son code, sinon l’incompréhension perdurera.

En PNL, nous avons coutume de dire que la qualité du message est liée à la réponse obtenue. Tony Robbins a écrit très justement « Le sens de ce que l’on communique est contenu dans la réaction que l’on obtient »

Face à un individu qui raisonne de façon binaire « oui, non, tu peux ou tu ne peux pas », il est parfaitement inutile d’essayer de l’emmener sur le chemin de la nuance, car ce cadre de référence lui est parfaitement étranger.

S’il vous demande si « vous pouvez lui rendre ce dossier pour la fin de la semaine, oui ou non ?», il est vain de lui répondre en terme de probabilité, de condition, de peut-être… Dans ce cas, vous aurez en face de vous un disque rayé qui vous rétorquera inlassablement « OUI ou NON ? »

Répondez-lui ce qu’il attend ! OUI (facile !) ou NON, plus difficile ;-), « je peux » ou « je ne peux pas », et rien d’autres !

Frustrant et pénible, je sais. La seule chose bénéfique que vous puissiez faire pour cette personne, et votre relation, est de lui conseiller une formation en communication ! Rendez-vous sur www.formationsavoie.fr !