Le travail idéal 9/10

          9. De ton travail, te détacher tu sauras.

Trois petites questions pour faire le point sur une éventuelle addiction !

  1. Sur une journée de 24 heures, passez-vous autant de temps chez vous qu’au travail ?
  2. Savez-vous vous être injoignable ? Une journée ? Le temps d’un week-end ? Durant vos vacances ?
  3. Parvenez-vous à « déconnecter » des soucis éventuels ? A les laisser sur le pas de la porte pour les retrouver le lendemain ?

Addiction au travailBravo si vous avez répondu OUI à ces trois questions, et un point de plus !

Car trouver un équilibre entre vie personnelle et professionnelle est primordial pour qui veut aller loin.

Le surinvestissement de l’un ou de l’autre entraine la faillite de l’un, de l’autre, voire des deux !

Si travailler est primordial, toutes les formations en gestion du temps révèlent qu’en terme de priorité de vie, le couple, la famille, l’amour en général devance de loin le travail.

À la question « il vous reste 24 heures à vivre, que faites-vous ? »

Il est rare d’entendre « je fonce au bureau, je réponds aux mails de mes collaborateurs, j’envoie les dernières factures, je lève le rideau de ma boutique… »

Non. La réponse la plus courante est : « je passe du temps avec les gens que j’aime, j’essaie de les voir une dernière fois ».

Dommage qu’il faille attendre une formation ou que cela arrive pour en prendre conscience…

A la décharge des personnes qui auraient répondu NON aux questions précédentes, force est de reconnaitre que la technologie rend vulnérable. Avec les téléphones portables, nous sommes tous devenus joignable 24/24.

Même le bout du monde n’est pas assez loin pour échapper au réseau !

Mais la technologie sans utilisateur est inoffensive, car en réalité, nous sommes nous-même nos pires ennemis :

  • Qui nous impose d’ouvrir notre messagerie le soir en rentrant, ou le week-end ?
  • Qui nous oblige à ramener du travail à la maison ?

Nous, encore et toujours nous-même !

Dans un monde qui va à cent l’heure (c’est peu de le dire !), le rapport au temps a changé et nous en sommes à la fois bourreau et victime1. Résister à cette pression, savoir dire « non », « stop », ou « c’est assez » est le grand défi de l’homme du 21ème siècle.

En conclusion, le travail idéal est celui qui nous permet de nous sentir bien lorsque nous y passons du temps, mais qui ne nous manque pas lorsque nous le quittons…

Si vous voulez faire le point sur la répartition de vos priorités dans vos vies, c’est par ici ! LES DOMAINES DE VIE

1. A lire « éloge de la lenteur » de Carl Honoré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *