Faut-il croire (encore) au Père Noël ?

père noël doré - Faut-il croire (encore) au Père Noël ?

Ça tombe bien la question est d’actualités !

J’ajouterai qu’elle est malheureusement toujours d’actualité, si l’on considère les « rêveurs » qui :

  • Sont victimes d’arnaques flagrantes sur internet. Pour un « arnaqueur » il faut au moins un « arnaqué », visiblement, il s’en trouve toujours pour considérer normal et sans danger « la trop belle mariée. »
  • Confient la clé de leur bonheur à autrui. Comment L’AUTRE pourrait-il faire MON bonheur, si moi-même je n’y arrive pas ?
  • Espèrent que les choses vont s’arranger d’elles-mêmes, sans rien faire. Une tendance au messianisme, qui conduit à espérer un miracle, un sauveur, bref un Père Noël !
  • Utilisent des « Si » et des « Quand » à tort et à travers, mettant ainsi leur vie au conditionnel et la remettant au lendemain : je ferai ça, si… je le ferai quand…

Oui, en réalité, nous voulons continuer de croire au Père Noël.

Croire au Père Noël recouvre pour moi toutes les situations d’aveuglement, de déni, d’absence de lucidité, que nous traversons tous plus ou moins. Les traverser, cela fait partie de l’apprentissage mais s’installer dans le déni est pour moi un des pires défauts car les conséquences sont multiples. L’aveuglement impacte toutes les sphères d’un individu, intimes, personnelles, amicales, professionnelles, sociales et faussent la réalité et les relations.

En effet, comment avancer, progresser lorsqu’on vit dans une illusion ? Par exemple en transformant directement les « échecs » en « succès » sans en faire d’abord un « apprentissage ».

Nous sommes souvent démunis face à l’aveuglement ou au déni.

Alors comment les en sortir ?

Ci-dessous quelques pistes pour les ramener à la réalité :

  • En ayant le courage d’être parfaitement honnête et sincère avec eux : je me suis aperçue que lorsqu’une personne se ment, elle est malheureusement soutenue dans son mensonge par son entourage qui rechigne à lui dire la vérité par peur de la blesser.
  • En donnant du feed back, afin de réduire la zone aveugle à son strict minimum. C’est-à-dire en faisant remarquer systématiquement les comportements aveugles ou crédules.
  • En étant pédagogue : Posez des questions plutôt que de donner vos réponses « as-tu remarqué que ? », crois-tu vraiment que ? » Soyez factuel(le) et précis(e) dans vos propos : « tu as fait, dit ceci à tel date…, depuis… » plutôt que « tu te fais toujours avoir »

Mais voilà que je crois aussi au Père Noël avec mes conseils ! Car ils m’ont fait oublier ou nier qu’« il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ».

Au fond, ne plus croire au Père Noël consiste à comprendre et accepter que nous sommes notre propre Père Noël, responsable de nos joies comme des cadeaux que nous nous faisons.

Passez de belles fêtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.